Podcasts

Fièvre de Cheval du nantais Sylvain Chantal par Frédéric de la librairie Durance à Nantes

Publié le 23 mai 2021

En partenariat avec France Bleu Loire Océan, écoutez les coups de cœur des libraires de l’ALIP tous les week-ends, samedi et dimanche à 8h15 et 17h15.

Les chevronnés adeptes du Pari Mutuel sont Urbains à un point que l’on n’imagine guère, d’une urbanité qui confine à l’intrusion, voire touche à l’invasion. C’est ce qu’endure à la journée Anatole Bétancourt, héros de Fièvre de cheval, ancien consultant (en quoi, il a oublié) tourné maniaque du tapis vert pré, parieur compulsif et trinqueur frénétique. À peine a-t-il pénétré dans un café-turf, salué bas la tenancière et s’est-il mis, bic en main, un œil à l’écran, l’autre au carnet, en position de défricher la journée hippique, que s’en vient rôder puis le harceler pléthore de fâcheux en veine de confessions, de petites combines, de bons tuyaux ou de martingales infaillibles. Ainsi d’Abdelkader en Franck, de Rodolphe en Wassim ou Madjid-les-belles-montures, tout un petit monde de glandeurs futés et de flaireurs d’arnaques qui viennent s’épancher et zyeuter les notes d’Anatole. Car notre homme raisonne, compute, déduit, pesant les chances au trébuchet des possibles. Un art de mettre le canasson en équation qui n’est pas toujours payant et l’oblige à quelques entorses avec la légalité. Et quand la patronne de l’hôtel, pour une monte, s’invitera dans son paddock et l’initiera à fouler le gazon et humer l’air des champs de courses, Anatole n’échappera pas à la sortie de piste.

Monologue drolatique d’un turfiste stratège, Fièvre de cheval nous restitue avec brio le monde des bistrots attelés, le galop mental et les errances d’une vie sur terrain lourd. Le pari est une fête… mais très rarement.

Le site des éditions Le Dilettante